le Livre d’Eli

 

original_440166

Film qui a connu un certain succès au cinéma grâce à un bouche à oreille favorable, “le Livre d’Eli” sort en dvd et bluray, deux formats qui lui permettront à n’en pas douter de bénéficier d’un réel succès, plus encore que sur grand écran tant ce genre de film (très bonne série B) sied à une bonne soirée entre amis.

Voici donc le dernier film des frères Hughes et probablement leur meilleur si l’on considère que “Menace II Society” (exagérément glorifié) a pris un méchant coup de vieux et que “From Hell” n’était pas loin du ratage complet. Pour “le Livre d’Eli” les deux frères s’attaquent avec une certaine pudeur mais aussi un enthousiasme communicatif au film post-apocalyptique. La terre après une guerre atomique n’est devenue qu’un vaste terrain vague soumis à la famine, la soif et surtout la loi du plus fort (voire du plus sauvage). Eli traverse ce décors désertique d’Est en Ouest. Il dit marcher depuis 30 ans. On notera assez vite que sa promenade est ponctuée, plus souvent qu’à son tour, de rencontres plutôt hostiles dont Eli se sort avec beaucoup de violence mais également beaucoup de classe. Au détour d’une petite ville fraichement reconstruite, Eli fera la connaissance du méchant de l’histoire (Gary Oldman comme d’habitude parfaitement méchant) qui s’est mis en tête de récupérer une Bible afin de gouverner le monde (dit comme ça, ça peut prêter à sourire). Et il se trouve justement qu’Eli a en sa possession… (roulements de tambours) une Bible ! La der des der.

A partir de là c’est c’est courses poursuites, fusillades et tatanage de tronches en bonnes et dues formes. Scènes d’action dont Denzel Washington (Eli) se sort bigrement bien malgré ses cheveux blancs et son embonpoint accumulé au cours des ces dernières années (et bien gommé ici, il faut l’avouer). La mise en scène assez discrète réserve de très bonnes idées visuellement ludiques et hyper efficaces.

Le seul défaut du film est son scénario. Ce dernier plutôt malin et surprenant repose un peu trop lourdement sur des fondamentaux religieux trop souvent douteux ou maladroits (pour un prophète Eli est quand même sacrément violent) qui mieux exploités auraient pu donner au film une ampleur bien plus intéressante. Parfois, trop rarement, on entrevoit une lueur de grâce (le plan du rasage suivi de la scène de dictée sont réellement magnifiques). De même, et Gary Oldman de l’évoquer furtivement, il eut été intéressant voire fascinant d’établir un parallèle entre “le gentil” et le “méchant”, car finalement, qu’est-ce qui fait d’Eli un gentil ? le fait d’avoir la Bible en sa possession. Qu’est-ce qui fait de Gary Oldman le méchant (en dehors de c’te geule…) : le fait de ne pas avoir de Bible. Tous deux sont pourtant mus par la foi.

Mais les frères Hughes ont fait le choix de mettre l’accent sur le côté “distraction” de leur film. Certes ils le font bien, mais au regard du charisme de leur acteur principal et des possibilités du scénario, c’est un peu dommage. A l’image de ce choix Mila Kunis est tout bonnement (sans jeu de mot) inconsistante. Elle achève même le film, sans doute malgré elle, sur un plan du genre “I’ll be back” assez déprimant, voire pathétique…

Mais ne soyons pas trop dur, “le Livre d’Eli” reste un bon film, généreux, bien fait et qui atteint son but, à savoir distraire.

Notez enfin qui si comme moi vous n’aimez pas les chats, vous serez comblés !

Publicités

Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :