Rec 2

original_437988

Ah mes amis ! Là on passe aux choses sérieuses ! Là ça ne rigole plus : on est dans le film d’horreur le vrai, le sanglant, le crasseux, le dégueu, le vomitif, le flippant ! Et ben ça voyez-vous, contre toutes attentes, ce sont les espagnols qui l’ont fait et même qu’ils peuvent être fiers d’eux les Ibères.

Revenons rapidement dur “Rec 1” qui avait déjà sacrément fait sensation (il avait d’ailleurs été remaké dans l’année). Les réalisateurs espagnols Jaume Balaguero et Paco Plaza s’étaient associés pour créer un film d’horreur d’un genre néo-réchauffé assez jouissif, tout filmé en caméra épaule, comme “le projet Blair Witch”, la frustration en moins, le gore en plus.

Voici donc Rec 2 dont le scénario prend la suite immédiate du premier opus. Dans le premier une journaliste accompagnée d’un caméraman suivait l’intervention d’une équipe de pompiers dans un immeuble. L’intervention tournait rapidement au cauchemar quand les cas de zombification aiguë se multipliaient. Le deuxième épisode suit l’intervention cette fois de militaires qui, caméra vissée sur le casque, se font dézinguer à peu près aussi rapidement que du pompier madrilène moyen. Là où Rec 2 fait fort c’est que malgré le scénario qui est pourtant la suite exacte (à la minute près) du premier, malgré le parti pris que les réalisateurs se sont imposés (ce sont les protagonistes qui filment) et bien malgré tout ça, cette suite adopte un genre complètement différent du précédent, une manière de filmer aussi (ou plus exactement, c’est le montage qui fait la différence : images incrustées, flash back selon des points de vue différents, etc). Rec 2 fourmille d’idées nouvelles ou réchauffées mais méchamment réactualisées. Les références au cinéma d’horreur sont nombreuses mais assumées et intelligemment détournées voire transcendées. Rec 1 avait déjà démontré que deux espagnols et un petit budget pouvaient faire bien mieux qu’un “Cloverfield” et son budget pharaonique. Rec 2 se paie quant à lui le culot de marcher sur les plates bandes d’un “Aliens” (Alien 2) et même de “l’Exorciste” ! Pour autant “Rec 2” ne se perd pas dans la contemplation de ses ainés, il innove constamment, surprend et fout la trouille… mais bien !

La seule bonne raison de ne pas voir immédiatement ce film serait d’être totalement hermétique au genre, et encore, vous seriez obligés de constater le génie de l’ensemble. Je n’ai qu’une hâte : découvrir la suite. Car il y a trop d’éléments laissés sans suite pour que les réalisateurs en restent là. Et je suis sûr que ces deux là en ont encore sous le pied quand on voit avec quelle aisance ils ont maitrisé leur sujet. Et puis jamais 2 sans 3 ? Non ?

Publicités

Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :