Splice

original_486617

Troisième film sérieux de Vincenzo Natali après l’assez génial “Cube” et le pas vu “Cypher” (oublions sa participation au projet “Paris, je t’aime” et surtout cet infâme bouse qu’était “Nothing”, film qui porte malheureusement très bien son nom). Natali revient donc pour le plus grand bonheur de ses fans avec un vrai film, fantastique de surcroît ; de quoi saliver donc…

Clive et Elsa, deux généticiens surdoués, travaillent sur la combinaison de plusieurs ADN d’animaux afin de mettre au monde des créatures susceptibles de générer une protéine qui serait très utile à l’agriculture moderne. Grisés qu’ils sont par leur découvertes et surtout par l’immense terrain de jeu que représente pour eux la génétique, les voilà qui se mettent à imaginer ce que pourraient donner leur expérience s’ils rajoutaient dans la marmite un peu d’ADN humain… Juste pour voir quoi ! Pas le droit ? Pfff… puisqu’on vous dit que c’est juste pour voir enfin… Bon évidemment, tout ne va pas vraiment se passer comme prévu, l’expérience donnant naissance à un être aussi fascinant que dangereux.

Vincenzo Natali aime la science fiction. Et dans ce film les références au genre son nombreuses (Alien, la Mouche, la Mutante, etc…). Tout comme son compatriote canadien David Cronenberg, Natali aime jouer avec le ressenti de son spectateur, le ressenti émotionnel mais surtout physique (dégoût, écœurement, désir, attraction,…). Soyons clair, il n’y parvient pas aussi bien mais on ne peut pas nier cette louable intention. Pour autant le réalisateur fait des choix contestables : vouloir faire passer les scientifiques pour deux gros nerds à peine sortis de l’adolescence n’est pas heureux. D’ailleurs Sarah Polley et  Adrien Brody ont bien du mal s’acquitter de cette tâche : Adrien Brody a toujours autant de mal à être un tant soit peu crédible à mes yeux, quant à Sarah Polley je la préfère plus silencieuse, plus en retenue, là elle est franchement agaçante et pas forcément comme l’histoire le voudrait.

Passons sur ces légères fautes de goût pour en revenir au noyau de l’histoire : la créature. Car c’est bien là que réside toute l’affaire. On sent bien que le budget est en grande partie passé dans les effets spéciaux et, bien que français (Macguff), et parfois un poil cheap, le tout reste très bien fait et surtout humain. En tout cas dans les sentiment que Dren (puisque c’est son nom) suscite. Cette créature, d’abord enfant, sait être à la fois étrange, attendrissante et inquiétante. A l’âge adulte, c’est la française Delphine Chanéac qui prête ses étranges yeux (entre autres) à Dren. Et elle y fait des merveilles : ses mimiques, ses mouvements et son corps la rende à la fois intrigante, attachante, attractive voire carrément flippante ! Evidemment ce rôle est du pain béni pour la française, on ne regarde qu’elle, et force est de constater qu’elle tient la dragée haute aux deux Américains.

Cependant Dren ne fait pas tout et la paresse du scénario plombe un peu l’ensemble. Les références tournent aux clichés et les réflexions pseudo philosophiques (“la science sans conscience n’est que ruine de l’âme”) tombent carrément à plat tant elles ont déjà été traitées, et mieux qu’ici. Il y a bien quelques piqûres darwinienne de rappel (l’amour et le désir ne sont que des subterfuges de la nature pour procréer) mais elles n’engendrent pas vraiment de discussion. Reste la crise que traverse le couple Brody/Polley et leur progéniture/amante, au final bien plus intéressante que tout le reste.

On finit tout de même le film satisfait : l’ensemble est rondement mené et on se sent, grâce à quelques scènes clés (l’accouchement, la noyade et les quelques scènes d’amour déviantes), un brin retourné… Malgré tout, on est en droit de se demander si Vincenzo Natali va un jour arrêter de traiter ses films par dessous la jambe pour nous livrer, enfin, un film qui ne serait pas un film de fin d’année d’étudiant en fac de cinéma. On l’acceptait volontiers pour “Cube” mais maintenant, il a passé l’âge.

Publicités

Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :