9 Songs

9 songs affiche

Quoi ?! Un film de cul sur le blog ?! Et bien… pas exactement.

A l’origine de 9 Songs : Michael Winterbottom. Réalisateur anglais de son état, et accessoirement hyper prolifique, de plus d’une vingtaine de films en un peu plus de 15 ans (ce qui fait largement plus de 1 par an, vous avez bien compté), Michael Winterbottom est un cinéaste des plus intéressants car il se renouvèle sans cesse, parce qu’il ose et aussi parce que des fois, il se plante, ce qui ne l’empêche jamais de se relancer dans des projets curieux et souvent passionnants.

Ici le réalisateur s’emploie à assouvir le fantasme de bon nombre de réalisateurs (citons Kubrick, Gaspard Noé…) à savoir réaliser un film mettant en scène de vraies scènes de sexe. Une sorte de film concept, un peu comme “Buried” mais dans un style bien différent.

“9 Songs” relate l’histoire d’amour d’un Anglais et d’une Américaine au cours d’une année. Le film, comme son nom l’indique, est ponctué par 9 chansons de groupes anglais plus ou moins connus dans nos contrées. Ah oui et il dure 69 minutes, ça ne s’invente pas !

Alors oui, que les choses soient claires, “9 Songs” filme explicitement ses scènes de sexe. Oui les acteurs (au demeurant inconnus et probablement amants à la vie au moment du film) font vraiment l’amour. Et c’est tellement inhabituel pour un film qui n’est pas un film classé X ou dit pornographique, qu’il faut vraiment faire l’effort de ne pas se demander qui sont les acteurs, s’ils sont vraiment amants, si c’est “correct” de montrer de telles choses etc. A partir du moment où vous vous posez ces questions, vous entrez dans des considérations concernant la “confection” du film et, forcément, vous passez à côté du film, de son histoire et de l’émotion qu’il peut générer.

A noter cependant que Patrice Chéreau avait tenté des scènes similaires dans “Intimité” mais avec de vrais acteurs connus. Dans ce cas, ces questions étaient plus difficiles à éviter et laissaient un goût amer.

Ce dont on pourrait se méfier ici, c’est cette idée de vouloir ponctuer le films de chansons rock. On peut légitimement craindre un procédé mécanique redondant et au final peu intéressant. Pourtant cela passe on ne peut mieux : le couple se rencontre lors d’un concert et retourne souvent voir des groupes se produire sur scène. La musique est bonne et identifie le lieu et l’espace dans un témoignage musical loin d’être inintéressant.

La relation du couple quant à elle, ne se borne pas seulement à de banales scènes de sexe. Chacune de ces scènes en apprenant un peu plus sur les protagonistes, sur leurs émotions, leur caractères, chaque scène étant une aventure à la découverte des corps et des sensations.

La pornographie a longtemps eu le monopole du sexe à l’écran. Michael Winterbottom se le réapproprie et le filme avec infiniment de tact et de beauté, sans jamais rien galvauder. Rien que pour ça son film est une réussite et sans doute même une étape importante du cinéma en général sur laquelle il sera bon de se retourner de temps en temps.

Au final “9 Songs” est un vrai beau film d’amour.

Publicités

Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :