Notre Jour Viendra

original_485921

Il y a des films comme ça, vous sortez de leur visionnage sans savoir très bien ce qui vient de se passer. “Notre Jour Viendra” en est l’exemple parfait.

A l’instar de son copain Kim Chapiron, Romain Gavras (fils de Costa) se lance donc dans la réalisation d’un long métrage non sans avoir préalablement fait les jours heureux du collectif Kourtrajmé.

Comme pour “Sheitan” (premier film de Chapiron) Vincent Cassel est de la partie en tant qu’acteur et producteur. A ses côtés Olivier Barthélémy, acteur également issu de Kourtrajmé et présent dans “Sheitan”.

Nord de la France : Rémy est un jeune garçon roux qui subit les moqueries de la part de son entourage. Excédé il fuit un jour le domicile familial non sans avoir préalablement frappé sa mère. Sur sa route il croise Patrick, psychothérapeute blasé, qui est prêt à tout pour se sentir un peu vivant. A eux deux ils vont tenter de gagner l’Irlande, pays selon eux rêvé pour les roux.

Dans un Nord français désertique, filmé avec simplicité et profondeur de focales, Romain Gavras nous balade d’une émotion à une autre au fil d’un scénario assez simple mais qui repose principalement sur ses acteurs, l’un et l’autre assez exceptionnels.

Le film, d’abord taciturne, prend un tournant radicalement comique avec l’arrivée de Vincent Cassel à l’écran (impérial). La façon qu’il a de s’amuser aux dépends de Rémy tout en voulant le rendre heureux est parfaitement hilarante et communicative.

Le film n’en reste pourtant pas là et sombre assez rapidement dans les questionnements existentiels de Rémy, incertain et fou. Le voyage des deux protagonistes prend des allures de road movie furieux et finalement sanglant.

Tour à tour Romain Gavras joue de la comédie, du drame et de l’horreur mais ne se départit jamais d’un romantisme assez inattendu mais finalement fil conducteur de son film.

Alors oui les répliques souvent très drôles fusent, oui Rémy est terriblement attendrissant et Patrick aussi finalement, oui leur périple tourne au carnage, pourtant jamais le film ne s’attarde sur un genre ou un autre préférant chambouler son spectateur qui tout du long se demande : “mais qu’est-ce que c’est que ce truc ?!”

Et sans vraiment savoir à quoi on a affaire, nous ne sommes jamais perdus ni agacés d’assister à un spectacle qui aurait pu nous égarer. Romain Gavras filme bien des acteurs qui jouent bien et parvient grâce à ça à nous livrer une image encore inconnue au cinéma. A vrai dire la seule comparaison qui me soit venue est “les Valseuses”, mais vraiment on en est loin.

Il faut croire que le réalisateur à une idée très personnelle du cinéma, et ça c’est pas tous les jours que ça arrive !

Publicités

Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :