Triangle

… et comme je vous le disais, rares sont les films d’horreur réellement innovants. Le genre étant parsemés de quelques mètres étalons (Shinning, l’Exorciste, Halloween, Massacre à la Tronçonneuse pour ne citer qu’eux) il semble difficile pour les réalisateurs désireux de reprendre le flambeau de s’acquitter de cette tâche. Souvent frileux, ou en manque total d’imagination, ceux-ci se contentent de pâles copies plus ou moins intelligemment inspirées, ou pire, de remakes. Jusque là Christopher Smith, s’était fait remarquer comme un réalisateur de films d’horreur modestes mais efficaces. Rien d’extraordinaire mais des oeuvres tout à fait honorables. Mais quand l’Australien se met réellement au travail il nous livre un film vraiment brillant.

Jess est une jeune mère célibataire qui vit seule avec son fils autiste. Histoire de se changer un peu les idées elle part faire une balade avec des amis à bord d’un voilier. Manque de bol le temps devient tout à coup très menaçant et une tempête fait chavirer le bateau. Le groupe alors amputé de l’un de ses membres tombe par hasard sur un paquebot qui passe par là et les secourt. Seulement voilà, le paquebot en question semble totalement désert, ou presque, et les évènements étranges vont commencer à se multiplier, allant crescendo dans l’horreur et l’étrangeté.

Comment parler de ce qui fait le charme du film sans en dévoiler l’intrigue ? Difficile. Sachez simplement qu’une fois sur le paquebot l’héroïne se trouve prise au piège dans une boucle temporelle dont la redondance est notamment générée par la mort de ses compagnons. A partir de là les évènements se répètent poussant Jess à agir d’une manière ou d’une autre. Cette dernière comprenant un peu mieux ce qui lui arrive au fur et à mesure des évènements qu’elle subit et sur lesquels elle tentera de prendre le dessus, quitte à s’opposer à elle-même.

Vous ne comprenez pas tout ? C’est normal, mais je vous incite vivement à faire confiance à Christopher SMith : grâce à un scénario à la mécanique digne d’un coucou suisse mais aussi grâce à une mise en scène inventive et novatrice le réalisateur nous plonge dans un univers déroutant, original et dans lequel il ne nous perd jamais malgré les méandres de son paquebot maudit. Dans ce film chaque évènement est un coup de théâtre, pas de ceux qui remettent en cause les évènements qui viennent de se dérouler (comme dans Fight Club, Sixième Sens ou Shutter Island), mais plutôt de ceux qui vous en disent un peu plus sur l’intrigue et vous immerge sous une infinité d’hypothèses quant à la suite de l’histoire. Une vraie torture pour l’esprit. Quelque que chose qu’on ne voit pas souvent au cinéma, encore moins dans un film d’horreur. Et comme je vous le disais, rares sont les films d’horreur réellement innovants…

Publicités

Étiquettes : , , ,

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s